Lascia ultimo ballo per me

Laisse-moi la dernière danse 

Véritable constante des "fabuleuses Sixties", les danses saisonnières marquaient l’immuable succession des modes, année après année, avec un pic prononcé pendant l'été. En Italie aussi, ces danses se sont implantées avec succès, déchaînant l'enthousiasme des jeunes générations, mais pas seulement : filmées également par le cinéma et la télévision, elles symbolisaient à la perfection ce vent nouveau qui soufflait sur un pays désireux de s’aligner avec le reste du monde moderne. La compilation couvre environ une dizaine d'années de chansons, accompagnées d’autant de danses plus ou moins éphémères : si le cha-cha-cha (triomphant dans les années 50) et le twist ont résisté aux modes pour devenir intemporels, tout comme la samba et les slow, de leur côté, le succès du madison et du hully gully s’est limité à quelques saisons, à l’instar du surf ou du sirtaki qui furent rapidement remisés. Tous les grands chanteurs et groupes se sont essayés à l'éphémère, obtenant dans certains cas (Mina par exemple) des résultats encore meilleurs que l'original. Si la plupart des reprises sont en italien, il existe quelques exceptions où les morceaux sont interprétés dans leur langue d'origine, comme avec Mina, toujours elle, ou les Marcellos Ferial, des Italiens se présentant comme un groupe latino-américain.